Je suis allé hier soutenir les salariés d’ID Logistics sur le site de Chalon-sur-Saône. Face à l’absence de dialogue de la part de la direction, je dois avouer mon incompréhension : sur un site durement marqué par le départ de Kodak, les salariés méritent écoute et respect.

Comme parlementaire, je ne peux accepter cet état de fait ou me résigner à l’impuissance. J’ai décidé de saisir la Commissaire au Redressement Productif de Bourgogne sur ce dossier.

Les salariés souhaitent négocier pour obtenir des compensations financières substantielles et des formations pour leur reconversion. La direction d’ID LOGISTICS doit œuvrer pour restaurer les conditions d’un dialogue social serein. Je suis convaincu que les services de l’Etat sauront oeuvrer dans ce sens. Alors que beaucoup est fait pour les entreprises dans ce pays, personne ne comprendrait que la direction d’une entreprise refuse de remplir sa part du contrat moral qui unit salariés et patrons.

Publicités