Le 26 janvier, je me suis rendu à Verzé à l’invitation du maire Jean-Pierre Lenoir, pour participer à l’inauguration de la nouvelle centrale photovoltaïque du village. La transition énergétique est un enjeu majeur des années à venir et je me félicite que des communes comme Verzé s’investissent concrètement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Aux pouvoirs publics d’encourager et de faciliter ces initiatives qui préparent l’avenir.

Publicités

Les économies drastiques envisagées pour réduire le déficit de l’hôpital William Morey de Chalon-sur-Saône sont préoccupantes. Couper la jambe du malade ne le fera pas courir plus vite. Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse commun des élus de gauche du Conseil régional Bourgogne – Franche-Comté et du Conseil municipal de Chalon.

 

Depuis le 24 décembre dernier, les personnels de l’hôpital William Morey de Chalon-sur-Saône sont en grève pour dénoncer les mesures d’économies qui touchent l’établissement. Défendant un accès égal aux soins pour tous les citoyens, les élus régionaux et municipaux de gauche soutiennent les soignants et partagent leurs préoccupations.

L’hôpital William Morey – pivot du Groupement Hospitalier de Territoire – souffre d’une maladie, le déficit, que des spécialistes veulent éradiquer en prescrivant des économies drastiques. Mais nous le savons, soigner le mal par le mal n’est une solution ni viable ni judicieuse.

Rappelons que l’hôpital public est un établissement ayant l’obligation par la loi d’accueillir tous les patients, assurés ou non. Il y a donc une certaine hypocrisie à vouloir lui imposer une performance économique.

Le Ministère de la Santé et l’Agence Régionale de Santé ont établi leur diagnostic : il y a trop de personnels et pas assez d’activité. Les remèdes qu’ils préconisent sont tout trouvés : supprimer des lits, raccourcir les durées d’hospitalisation des patients,  modifier les conditions de travail des soignants. Bref, la logique financière l’emporte sur la logique de soins.

Non-reconduction des contrats à durée déterminée, pauses repas non-comptabilisées dans le temps de travail, fin de la prise en compte des heures supplémentaires, allongement du temps de travail… Les mesures envisagées pour combler le déficit sont draconiennes mais posent plus de questions qu’elles n’en résolvent. Comment espérer un service de santé de qualité lorsque l’on détériore les conditions de travail du personnel soignant ? Comment soigner des patients de plus en plus nombreux sans augmenter la quantité de médecins ?

L’hôpital de Chalon-sur-Saône est un atout essentiel pour l’attractivité du nord du département qu’il faut absolument préserver. Mais nous constatons que les solutions imaginées sont une mauvaise réponse à un réel problème.

Avant de cibler le personnel, développons d’abord la médecine ambulatoire, l’hospitalisation à domicile ainsi que la télémédecine. La région Bourgogne – Franche-Comté s’est engagée dans ce sens en mettant en œuvre une politique de santé volontariste.

Comme pour l’angioplastie, nous, élus du groupe NOTRE REGION D’AVANCE et du groupe CHALON AUTREMENT, continuerons à défendre auprès du Ministère et de l’ARS une prise en charge de qualité de nos concitoyen-ne-s par un hôpital public respectueux des soignants et personnels, en redonnant du sens à leurs missions. Cela passera par des moyens à la hauteur des ambitions. Elu-e-s de terrain, nous voulons être entendu-e-s.

Certains parmi vous m’interrogent pour connaître mon positionnement quant au Grand Débat annoncé par le Président de la République. Ayant réclamé, comme nombre de parlementaires (de partis diversifiés), d’élus locaux, de partenaires sociaux ou d’observateurs, la restauration d’un dialogue entre l’exécutif et le reste du pays depuis de nombreux mois, je ne peux qu’approuver le principe de la mise en place d’une discussion ouverte et sincère.

La performance physique de M. Macron mardi soir en Normandie qui a dialogué avec des maires impressionne bien sûr. Mais répond elle aux enjeux de la période ? Des élus de cette région m’ont fait part de leurs doutes : les 7 heures de questions réponses se sont davantage apparentées à un meeting qu’à un véritable débat pour eux et la presse a d’ailleurs découvert que le casting et les questions avaient été décidés en amont. Surtout, le Président de la République a fermé la porte à des changements d’orientation économiques, pourtant réclamés par beaucoup.

Si l’on m’invite à des déclinaisons du Grand Débat en Saône-et-Loire ou dans la région, je m’y rendrai bien sûr avec intérêt. Je garderai en tête les recommandations de la Commission Nationale du Débat Public qui recommande de privilégier d’abord l’écoute ! Cela ne m’empêche pas de porter des propositions de mon côté dans le cadre de mon mandat ; j’ai d’ailleurs commencé à le faire avec mon groupe politique au Sénat ne serait-ce qu’en lançant la procédure pour un Référendum d’Initiative Partagée portant sur le rétablissement de l’ISF, une revendication prioritaire pour les Gilets jaunes mais aussi pour bon nombre de Français !

Je regrette d’ailleurs que le PR s’obstine à préserver les cadeaux fiscaux pour les plus riches et je doute de la sincérité de ce grand débat quand je découvre que les fiches pratiques réalisées pour préparer les déclinaisons locales du grand débat semblent très orientées pour appuyer les choix du gouvernement.

−− Rétablissons l’ISF !−−

Le 12 janvier dernier, j’étais présent au lycée agricole de Fontaines pour le Concours des Vins de la côte chalonnaise et du couchois pour rendre hommage au savoir-faire de nos producteurs. La viticulture est une composante incontournable de notre patrimoine local et national qu’il nous faut absolument préserver et valoriser.

salondesvins

Madame le Maire, Monsieur le Maire,

On a coutume de dire que les maires sont les élus préférés des Français. Si certains ont voulu vous attaquer, à travers notamment le funeste hashtag balancetonmaire, vous restez aujourd’hui des remparts indispensables de la République. Dans les villes, au plus près des quartiers, ou dans les petites communes comme premier contact humain, vous êtes sollicités en permanence pour assurer le bon fonctionnement quotidien de notre République.

Le Sénat a pour mission de représenter les territoires et, à ce titre, doit prendre le pouls des élus locaux en permanence. Dans cette optique, je souhaite aujourd’hui vous interroger sur l’état d’esprit qui vous anime. On parle de crise des vocations, d’une vague de démission sans précédent, de blues des maires. Ce malaise, je le ressens parmi vous. Mais je sens aussi une envie de continuer de faire, de construire, d’avancer. Si je rencontre régulièrement certains d’entre vous à l’occasion de mes nombreux déplacements dans le département, je souhaitais vous offrir la possibilité de me faire remonter votre état d’esprit.

Si vous en trouvez le temps, je vous propose donc de me renvoyer vos réponses au questionnaire afin que je puisse porter au mieux vos besoins au Sénat afin d’amender au mieux les projets de loi à venir. Par ailleurs, au cours du premier trimestre 2019, j’organiserai une réunion à laquelle tous les maires du département seront conviés. Ce sera l’occasion de faire collectivement la synthèse de vos doléances que je me chargerai de transmettre à Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire, à la Ministre Jacqueline GOURAULT, en charge des collectivités ainsi qu’au Premier Ministre, Edouard PHILIPPE.

Le questionnaire est téléchargeable ici : questionnaire maire

Je me suis rendu hier à Anglure-sous-Dun à la rencontre des élus du canton de Chauffailles pour rendre compte de mon action en tant que sénateur de Saône-et-Loire et répondre à leurs interrogations (autour d’une bonne bouteille pour se mettre en jambes à quelques jours de Noël).

Il a notamment été question du mouvement des « gilets jaunes » qui est l’expression d’une colère profonde et légitime de la société française. À la fois sociale, écologique, économique et démocratique, cette crise exige des réponses fortes et concrètes.

L’accès aux transports, la fracture numérique, la justice fiscale, le rôle du maire, sont autant de sujets cruciaux sur lesquels nous avons débattu. Les moments d’échanges avec les élus locaux sont toujours enrichissants. Ils permettent de nourrir ma réflexion personnelle et d’alimenter mon travail parlementaire.

Anglure

Suite à l’invitation du maire Christophe Hannecart, Jérôme Durain était présent ce matin à Saint-Martin-sous-Montaigu pour inaugurer le nouveau terrain multisports de la commune.

Les habitants de Saint-Martin-sous-Montaigu, petits ou grands, pourront ainsi bénéficier d’installations de qualité leur permettant de pratiquer une activité sportive dans les meilleures conditions. Créateur de lien social, le sport doit être une priorité des politiques publiques d’aménagement du territoire.

Il y a cent ans, le 11 novembre 1918, le bruit des armes cessait enfin après quatre longues années de combat brisant tant de vies et laissant tant de familles orphelines d’un père, d’un frère ou d’un fils.

Le 10 novembre à Vincelles, le 11 novembre à Chalon, nous rendions hommage aux soldats de 14-18 morts pour la France. La nation entière est reconnaissante du courage et de l’héroïsme des Poilus.

Ils se sont sacrifiés pour la paix et la liberté en espérant que cette guerre soit la « der des der ». Nous sommes désormais les gardiens de cette espérance. À nous de nous souvenir pour ne pas commettre les mêmes erreurs.

Ce matin, Jérôme Durain a eu le plaisir d’inaugurer l’école rénovée de Saint-Vallerin aux côtés du maire, Dominique Morice, du président de la Communauté de communes « Sud Côte Chalonnaise », Daniel Duplessis, et du député Raphaël Gauvain.

La Région Bourgogne-Franche-Comté a activement soutenu ce projet de rénovation thermique en y apportant un financement de plus de 57.000 euros. En tant que sénateur, Jérôme Durain a également contribué au titre de la réserve parlementaire à hauteur de 6.000 euros.

À l’heure de la métropolisation, il est essentiel de soutenir les communes rurales dans leur développement. Disposer d’une école est souvent, pour un village, le symbole de son dynamisme et un critère déterminant permettant d’attirer de nouveaux habitants. Cette réalisation démontre l’engagement de la Région envers les territoires ruraux.

Enfin, le sénateur a souhaité souligner le travail et la détermination de l’ensemble des élus de Saint-Vallerin et des communes associées sans quoi ce beau projet n’aurait pu voir le jour.

Lundi 18 juin, Jérôme Durain a été chaleureusement reçu, à Saint-Germain-du-Plain, par Cédric Dauge, Alain Doulé et Elisabeth Roblot dans le cadre de son compte rendu de mandat. Il a été l’occasion de présenter l’activité du Sénat, le rôle qu’il occupe vis-à-vis de la chambre basse, mais aussi de rappeler la marche forcée imposée par le Gouvernement aux parlementaires. Les récents projets de loi mettent au coeur de leurs réformes les collectivités, avec la protection des données personnelles, la loi ÉLAN, ou encore la loi ÉGalim. Échanger avec les acteurs locaux, avoir leurs ressentis, connaitre leurs opinions, est toujours enrichissant et alimente sa réflexion.