20160608_190610Mercredi 8 juin dernier, Jérôme Durain accueillait au Sénat, dans le salon René Coty, une délégation du Pays Charolais-Brionnais, notamment le Président du Comité Scientifique, le Président du Pays et de nombreux membres du comité de soutien, venus présenter la candidature du Pays Charolais au patrimoine mondial de l’UNESCO, au titre des paysages culturels évolutifs vivants.

A cette occasion, les participants ont pu découvrir une exposition présentant cette candidature et rappelant le chemin parcouru depuis 2011 et le lancement de ce projet. Celui-ci vise à promouvoir un patrimoine rural et une Culture locale remarquable. La présence de producteurs et viticulteurs locaux aura permis à ceux qui ne le connaissent pas de prendre la mesure d’un territoire, d’un terroir et d’un savoir-faire d’exception.

Il convient de rappeler que cette candidature à l’UNESCO met à l’honneur le Pays Charolais à travers ses paysages, son patrimoine, sa gastronomie et ses savoir-faire ancestraux respectueux de l’environnement. Le Pays Charolais, c’est aussi deux produits labellisés AOP mondialement reconnus : le fromage de chèvre Charolais et la race bovine Charolaise.

Pour ce territoire qui a subi plusieurs décennies de désindustrialisation, les enjeux de cette candidature sont multiples : ils sont à la fois culturels, économiques et environnementaux et portent l’ambition de valoriser des pratiques respectueuses du patrimoine, des paysages et des pratiques traditionnelles. Elle apportera à coup sûr, une nouvelle notoriété au territoire, à l’élevage local ainsi qu’à la filière Charolaise et offrira de nouvelles perspectives au développement touristique pour la Bourgogne du Sud.

Lors de son intervention, Jérôme Durain a réaffirmé son soutien à ce projet. Il rappela qu’au-delà de cette seule distinction, cette candidature traduisait la volonté d’un territoire de soutenir et de préserver un patrimoine d’exception sous ces plus belles formes : Les paysages, le terroir, les monuments, des savoir faire ancestraux et la sauvegarde de l’environnement.

Plus généralement, cette candidature contribuera sans nul doute à inscrire plus fortement la Culture et le patrimoine comme éléments essentiels à l’épanouissement de tous. Là où la Culture et le patrimoine rencontrent les citoyens, les obscurantismes et les extrêmes n’ont pas cours.

Publicités