De la santé de l’hôpital de Chalon

Les économies drastiques envisagées pour réduire le déficit de l’hôpital William Morey de Chalon-sur-Saône sont préoccupantes. Couper la jambe du malade ne le fera pas courir plus vite. Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse commun des élus de gauche du Conseil régional Bourgogne – Franche-Comté et du Conseil municipal de Chalon.

 

Depuis le 24 décembre dernier, les personnels de l’hôpital William Morey de Chalon-sur-Saône sont en grève pour dénoncer les mesures d’économies qui touchent l’établissement. Défendant un accès égal aux soins pour tous les citoyens, les élus régionaux et municipaux de gauche soutiennent les soignants et partagent leurs préoccupations.

L’hôpital William Morey – pivot du Groupement Hospitalier de Territoire – souffre d’une maladie, le déficit, que des spécialistes veulent éradiquer en prescrivant des économies drastiques. Mais nous le savons, soigner le mal par le mal n’est une solution ni viable ni judicieuse.

Rappelons que l’hôpital public est un établissement ayant l’obligation par la loi d’accueillir tous les patients, assurés ou non. Il y a donc une certaine hypocrisie à vouloir lui imposer une performance économique.

Le Ministère de la Santé et l’Agence Régionale de Santé ont établi leur diagnostic : il y a trop de personnels et pas assez d’activité. Les remèdes qu’ils préconisent sont tout trouvés : supprimer des lits, raccourcir les durées d’hospitalisation des patients,  modifier les conditions de travail des soignants. Bref, la logique financière l’emporte sur la logique de soins.

Non-reconduction des contrats à durée déterminée, pauses repas non-comptabilisées dans le temps de travail, fin de la prise en compte des heures supplémentaires, allongement du temps de travail… Les mesures envisagées pour combler le déficit sont draconiennes mais posent plus de questions qu’elles n’en résolvent. Comment espérer un service de santé de qualité lorsque l’on détériore les conditions de travail du personnel soignant ? Comment soigner des patients de plus en plus nombreux sans augmenter la quantité de médecins ?

L’hôpital de Chalon-sur-Saône est un atout essentiel pour l’attractivité du nord du département qu’il faut absolument préserver. Mais nous constatons que les solutions imaginées sont une mauvaise réponse à un réel problème.

Avant de cibler le personnel, développons d’abord la médecine ambulatoire, l’hospitalisation à domicile ainsi que la télémédecine. La région Bourgogne – Franche-Comté s’est engagée dans ce sens en mettant en œuvre une politique de santé volontariste.

Comme pour l’angioplastie, nous, élus du groupe NOTRE REGION D’AVANCE et du groupe CHALON AUTREMENT, continuerons à défendre auprès du Ministère et de l’ARS une prise en charge de qualité de nos concitoyen-ne-s par un hôpital public respectueux des soignants et personnels, en redonnant du sens à leurs missions. Cela passera par des moyens à la hauteur des ambitions. Elu-e-s de terrain, nous voulons être entendu-e-s.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s