Quelques jours après l’épisode de gel survenu à la fin du mois d’avril qui a touché le vignoble bourguignon, Jérôme Durain s’est rendu au domaine Devevey à Demigny. Ainsi, a-t-il pu mieux prendre la mesure de ces intempéries et de leurs conséquences, parfois irréversibles sur les récoltes et productions à venir.

Des pertes sèches estimées à 50 ou 60% sur les communes de Mercurey, Rully, Bouzeron. Givry, Jambles alors que d’autres communes ont également été touchées à des degrés moindres.
Les vignobles de Pouilly-Fuissé, Vinzelles et Saint-Véran (…) ont eux aussi subi le gel après avoir essuyé un épisode de grêle. Le Beaunois n’a pas été épargné.

IMG_6921

Jean-Yves Devevey rappela qu’il était à ces instants encore trop tôt pour tenter d’estimer les pertes et qu’elles ne se répercuteraient qu’en 2017 et aborda plus précisément la question liée aux assurances franchises qui peuvent permettre de faire face aux aléas climatiques et aux frais qui en découlent. Il précisa qu’au-delà de la récolte en elle-même, ce sont les salariés viticoles, notamment saisonniers, qui seront les premiers touchés et l’équilibre d’une filière qui pourrait être ébranlé.

De son côté Jérôme Durain, accompagné ce jour par Philippe Baumel, Député de Saône-et-Loire, insista sur les moyens que l’Etat a d’ores et déjà mobilisés pour faire face à cette nouvelle crise et évoqua les allégements ou les reports de charges qui devraient être mis en œuvre pour l’ensemble des viticulteurs touchés.

Les difficultés auxquelles font face les exploitations viticoles feront en outre l’objet d’une question écrite* au Gouvernement de la part du Sénateur Jérôme Durain, par ailleurs membre du membre du groupe d’étude « vigne et vin » du Sénat

*Disponible prochainement

IMG_6923

Publicités