Mardi 6 juin 2017, Jérôme Durain était présent au Centre Hopsitalier William Morey de Chalon-sur-Saône afin de défendre, aux côtes des personnels, des citoyens et de nombreux élus locaux, la création d’un service coronarographie.

En effet, depuis plusieurs années, la Commission Médicale de l’Etablissement ainsi que les personnels soignants réclament l’ouverture d’un tel service qui répondrait aux besoins d’un bassin de vie de près de 350 000 habitants, en terme de cardiologie interventionnelle.

Ainsi, lors d’un infarctus, l’angioplastie se présente comme le traitement de référence pour désobstruer une artère. Selon les recommandations de l’Union Européenne, la prise en charge du patient atteint d’anomalies cardio-vasculaires doit se faire au maximum 60 minutes après que l’accident soit survenu. (Délais pouvant aller jusqu’à 90 minutes)

Or, les centres hospitaliers qui disposent de cette technique (Dijon, Macon et Lyon) ne permettent qu’aux patients habitant la vallée de la Saône d’être pris en charge dans des délais respectables, excluant les territoires éloignés de cet axe comme ceux de Louhans ou Toulon-sur-Arroux…

L’implantation d’une unité d’angioplastie à Chalon-sur-Saône constituerait donc une évolution essentielle de notre offre de soins pour une prise en charge rapide des patients victimes.

Par ailleurs, la coronarographie est un élément majeur en cas de suspicion de maladie des artères coronaires et permet d’explorer des insuffisances cardiaques comme les altérations du rythme du cœur.

Cet examen, impossible à Chalon-sur-Saône pose les mêmes difficultés d’accès que pour l’angioplastie, aux patients victimes qui ne se situent pas dans le Val de Saône, créant des disparités dans la dynamique de soins.
La création d’une telle unité sur le centre hospitalier de Chalon-sur-Saône permettrait de créer de nouvelles coopérations en cardiologie au sein de la communauté hospitalière Nord Saône-et-Loire, de rendre plus cohérente l’offre de soins et de mieux coordonner la filière « chirurgie cardiaque » entre Dijon ou Lyon.

Il s’agit en outre d’un élément essentiel et structurant pour renforcer l’attractivité de nos territoires et évitant de créer un désert médical en cardiologie comme c’est parfois le cas en médecine. Cela pourrait créer une dynamique en cardiologie interventionnelle qui permettrait sans aucun doute le recrutement de plusieurs praticiens sur l’hôpital de Montceau.

En amont de la mobilisation, Jérôme Durain, accompagné de ses deux collègues Sénateurs du département avait adressé une lettre ouverte demandant la prise en compte des besoins sur notre territoire. En mars 2016, il avait par ailleurs interpellé le Directeur régional de l’ARS ainsi que Marisol Touraine, alors Ministre de la Santé.

Jérôme Durain réaffirme son soutien aux personnels soignants ainsi qu’à l’ensemble des usagers de l’hôpital et souhaite qu’une solution permettant l’accès aux soins en cardiologie soit trouvée rapidement afin de répondre aux besoins des citoyens et du territoire qui s’étend de Autun à Chalon en passant par Montceau-les-Mines.

Publicités