Archives de la catégorie Saône-et-Loire

Samedi 4 novembre 2017, Jérôme Durain participait à l’inauguration de la nouvelle mairie de la commune de Saint-Symphorien d’Ancelles, après des travaux de rénovation, de restructuration et de mise en accessibilité. 

L’inauguration d’une mairie est un toujours un moment hautement symbolique car elle est le lieu d’expression de la République et de notre démocratie. Elle est porteuse des 3 valeurs indissociables qui composent notre devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité !

Il convient par ailleurs de rappeler l’attachement des citoyens à leur mairie car elle représente le premier de nos services publics.

C’est un lieu de proximité où l’on vient demander conseil, s’informer… et parfois aussi se plaindre ! C’est également un lieu de rencontre et d’échange entre les citoyens eux-mêmes ou leurs élus. C’est le lieu civique où se concrétise notre identité de citoyen notamment lors de la participation au vote et où l’on se rend pour assister aux séances du conseil municipal, pour prendre part à la vie locale et faire émerger des projets.

Un moment convivial auquel les élèves de l’école de la commune ont pris part et pour lequel ils ont tous oeuvré.

Sur le volet financement, Jérôme Durain a participé à hauteur de 8 000 euros, pour la réalisation de ces travaux, au titre de sa réserve parlementaire 2016.

Publicités

Pris par d’autres obligations liées à son mandat de Sénateur, Jérôme Durain avait cependant bien noté la date du mercredi 18 octobre 2017 dans son agenda, renommée « mercredi noir » par les différentes associations et structures lourdement impactées par l’annonce brutale du Gouvernement de mettre fin aux contrats aidés.

Sujet sur lequel Jérôme Durain avait déjà alerté le Gouvernement par une question écrite pointant les conséquences de cette décision et notamment les difficultés à venir pour l’ensemble des associations culturelles et sportives, des structures d’aide à la personne et d’insertion mais également pour les personnes rencontrant des difficultés pour trouver un emploi.

Pour rappel, le planning familial de Chalon-sur-Saône est affilié au Mouvement Français pour le Planning Familial, c’est une association féministe et d’éducation populaire qui a pour projet de développer la santé sexuelle par les activités de son Établissement d’Information de Conseil Conjugal et Familial (EICCF).

C’est la seule association du Planning familial sur l’ensemble de la région Bourgogne Franche-Comté.

Il compte à ce jour deux salariés. Émilie Stolarek, conseillère conjugale et familiale, en CDI à temps plein. Claire Leglise, secrétaire est employée à temps partiel (20 heures) dans le cadre d’un emploi aidé. Un contrat qui ne pourra pas être renouvelé en 2018, faute de financement du Gouvernement.

Ce matin à 10h, Emilie Stolarek et Claire Léglise étaient donc présentes Place de l’Hôtel de Ville pour expliquer les conséquences de la fin des emplois aidés pour l’association (suppression pressentie de deux postes) et sensibiliser les citoyens sur la nécessité de défendre les associations oeuvrant socialement auprès des publics les plus fragiles et plus largement tout le tissu associatif qui ne sera pas épargné.

Une situation qui contraindra le planning familial de Chalon-sur-Saône à mettre un terme à de nombreuses interventions extérieures qu’il réalisait jusqu’alors. Notamment dans les collèges et les lycées.

Soucieux du devenir de nos associations et structures de cohésion sociale, conscient des enjeux en terme d’emploi et de création de lien social, Jérôme Durain réaffirme son soutien à tous les acteurs du Planning Familial de Chalon-sur-Saône et à l’ensemble des structures touchées par la fin des contrats aidés et se tient à leur entière disposition afin d’évoquer leurs éventuelles difficultés.

Jérôme Durain réunissait fin septembre les élus des intercommunalités d’Autun et de Cluny. 

L’occasion de prendre le pouls au plus près des élus locaux, d’échanger sur leurs problématiques, d’entendre les inquiétudes mais également de découvrir les projets en cours. Une manière de mieux faire la vivre démocratie au plus près des citoyens et des territoires.

Jeudi 28 septembre à Autun, après avoir visité la scieirie Ducret et le magasin d’usine de l’entreprise Tolix, Jérôme Durain, accompagné de Marie-Claude Barnay, Présidente de la communauté de communes Grand Autunois Morvan, a rencontré une vingtaine de Maires et d’élus locaux, à l’Eduen (Parc des expositions).

Après avoir abordé l’actualité législative Jérôme Durain évoqua les ordonnances imposées, au mépris de la représentation nationale, par le Gouvernement Macron et Philippe. Il est également revenu sur la suppression de la réserve parlementaire et l’arrêt des financements des contrats aidés.

Au cours de la discussion ont été abordées des questions importantes liées à la couverture du réseau téléphonique et internet, sur différents dispositifs à destination des communes portés par la région Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que sur les politiques de transition énergétique ou de cohésion territoriale… Sur plusieurs d’entre-elles, Jérôme Durain s’est engagé à apporter des réponses ou à interpeller les services compétents.

De nombreux élu-e-s ont par ailleurs évoqué leurs difficultés pour tenir les budgets de leurs communes et ont manifesté leurs inquiétudes quant à la suppression annoncée de la taxe d’habitation et face à la baisse des dotations aux collectivité. Ils ont également réaffirmé leurs craintes de voir disparaître davantage de services publics locaux. Autant de réflexions qui ne manqueront pas d’alimenter la réflexion de Jérôme Durain dans le cadre de son activité parlementaire.

Après deux heures d’échange et en conclusion, Jérôme Durain affirma l’importance de ces moments pour l’exercice de son mandat et invita les élu-e-s présent-e-s à ne pas hésiter, à l’avenir, à le solliciter lui et son équipe parlementaire afin qu’ils soient accompagnés au mieux dans leurs projets ou pour trouver des solutions à leurs difficultés.

Une seconde réunion du même type s’est tenue le lendemain dans le canton de Cluny, en présence, là encore, d’élus locaux du canton et notamment de Jean-Luc Delpeuch, Président de la communauté de communes du Clunisois. Il avait auparavant rencontré les dirigeants de l’entreprise Oxxo spécialisée dans la fabrication de menuiseries et de fermetures à hautes performances techniques et acoustiques.

Jérôme Durain participait samedi 23 septembre 2017 à l’inauguration de la nouvelle piste d’athlétisme du Stade Léo Lagrange de Chalon-sur-Saône.

Le Stade Léo Lagrange est un équipement communautaire du Grand Chalon situé près des quartiers nord de la ville. L’ancienne piste d’athlétisme du stade datait de 1990.

Cette réalisation s’inscrit plus globalement dans la cadre du réaménagement et de la réfection de l’ensemble du stade Léo Lagrange puisque les tennis, les tribunes et les pelouses seront refaites à l’automne et en 2018.

Cette nouvelle piste contribuera à coup sûr au développement du sport et à l’épanouissement des sportifs du Grand Chalon et d’ailleurs et permettra d’écrire de nouvelles pages pour le sport dans l’agglomération et qui sait, d’établir de nouveaux records !

Jérôme Durain a tenu a rappelé que le sport est un des outils importants pour faire vivre l’égalité, éduquer à la citoyenneté, développer les solidarités et permettre l’émancipation de tous. Le sport constitue en cela un formidable levier du vivre-ensemble.

Membre de la délégation aux entreprises, je reste à leur écoute sur l’ensemble du territoire. Ces nombreuses rencontres avec ceux qui font vivre et participent au développement de notre économie comme les entreprises, les associations ou les exploitants agricoles et viticoles me permettent de relayer au Sénat des problématiques locales.

Dans le cadre des réunions qui sont tenues les 28 et 29 septembre dernier à Cluny et Autun, Jérôme Durain a visité 3 entreprises (Oxxo à Cluny, Tolix et la Scierie Ducret à Autun) , l’occasion pour lui de découvrir certains savoirs-faire locaux et de constater l’engagement des dirigeants et de chacun des salariés pour faire vivre leurs entreprises.

  • Oxxo – Cluny

L’entreprise emploie 360 personnes sur le site de Cluny et est spécialisée
dans les menuiseries et fermetures à hautes performances techniques et acoustiques sur le marché du neuf et de la rénovation. Elle produit exclusivement Made In France.

Les dirigeants de l’entreprise ont fait par de leur inquiétude relative à la baisse des APL qui risquent de contraindre les bailleurs sociaux à réduire leurs investissements en terme de construction et de rénovation. La baisse du crédit d’impôt « transition énergétique » impactera également l’entreprise puisque les rénovations pour améliorer les performances énergétiques risquent d’être moins fréquentes…

Aussi, l’entreprise constate un frein à son développement lié à la formation et aux difficultés à recruter notamment des techniciens de maintenance, des chefs de chantier et des commerciaux, métiers en tension sur le territoire.

  • Tolix – Autun

Tolix est mondialement connu et ce depuis plusieurs décennies grâce à sachaise empilable et robuste en métal embouti : la « chaise A ». Elle a connu un franc succès au XXe siècle et a traversé les modes grâce à sa solidité et à l’ingéniosité de sa structure, empilable à l’infini.

On la trouve même dans les collections du MoMa (musée d’art moderne de New-York) ou encore au Centre Pompidou ! Ses chaises ont également ornées le pont du célébrissime bateau « le Normandie

Tolix malgré un court arrêt de la production en 2004 s’impose désormais comme le leader français du meuble de métal, proposant une large gamme de produits qui vont de la table aux meubles de rangement et s’exporte aux quatre coins de la planète.

L’entreprise emploie 80 personnes à Autun et réalise environ la moitié de son chiffre d’affaire à l’export. Elle rencontre cependant des difficultés liées aux contre-façons venir des pays asiatiques, notamment la Chine.

Elle est par ailleurs un fleuron du Made In France et du Made In Bourgogne.

Jérôme Durain pu lors de cette visite découvrir le magasin d’usine (show-room) de l’entreprise, baptisé la « Manufacture ». Accolé à l’usine, ce magasin permet d’admirer voire d’acquérir les nouveaux modèles mais également les plus anciens.

Jeudi 14 septembre 2017 à 16h30, Jérôme Durain, s’est rendu à Mâcon afin d’inaugurer le Quai des Marans, qui accueillera très prochainement touristes et croisiéristes fluviaux. 

Forte de ses nombreux atouts touristiques (Saône, Vignoble, Culture, Patrimoine historique et naturel), la ville de Mâcon a obtenu en 2013 le label « Station classée de tourisme ». Ainsi, depuis plusieurs années, la ville travaille à son développement touristique à travers différents projets, tels que la modernisation de son port de plaisance, l’aménagement de l’esplanade Lamartine ou la création d’une station touristique multimodale, dont le projet a été décliné en 4 axes :

Aménagement du quai des Marans
– Création activité bateau promenade
– Circuit touristique
– Création d’une halle dédiée aux produits locaux

Il permettra d’accueillir les touristes dans de meilleures conditions et augmentera la qualité du cadre de vie des riverains.

Il est par ailleurs un des principaux lieux d’accueil des paquebots de croisière sur la Saône. Environ 1000 passagers y débarquent chaque semaine.

Jérôme Durain a souhaité rappeler que le développement du tourisme est un axe majeur de notre développement économique et de notre notoriété en France et dans le monde et qu’il convient d’encourager les investissements dans ce domaine et d’accompagner les territoires et les communes dans leurs projets.

Jeudi 14 septembre dernier, Jérôme Durain, Sénateur de Saône-et-Loire, participait à l’inauguration de l’école de la production, en compagnie de nombreux élus, notamment Marie-Guite Dufay, Présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

L’Ecole de production de Chalon-sur-Saône, dont le projet est porté par l’UIMM 71 et EDF, formera aux métiers en tension, de la métallurgie, de la mécanique, de l’usinage et de la robinetterie (niveau CAP et Bac pro).

Ses principales missions sont de répondre aux besoins des entreprises locales et venir en appui à la politique régionale en faveur de jeunes en situation de décrochage scolaire, sachant que les méthodes pédagogiques utilisées et les liens étroits avec le monde de l’industrie assurent de l’ordre de 95% d’employabilité à l’issue du cursus.

Les élèves qui intègrent l’école, âgés de 15 à 18 ans, sont pour la plupart en situation de décrochage scolaire. Partant de la pratique pour aller à la théorie, plus de 60% de la formation se fait en atelier, en situation de production. Les élèves sont ainsi accompagnés par leur enseignant « maître-professionnel ». Et pour être totalement en lien avec l’exigence du monde professionnel, les élèves fabriquent des pièces répondant à de réelles commandes d’entreprises partenaires de l’École.

Jérôme Durain a souhaité saluer la mobilisation de l’ensemble des acteurs économiques et institutionnels qui oeuvrent grâce à cette école, à la formation des jeunes en situation de décrochage et afin répondre aux besoins réels des entreprises sur notre territoire.

A l’occasion de la période d’ouverture des vendanges dans le vignoble mâconnais, Jérôme Durain, Sénateur de Saône-et-Loire, s’est rendu à Clessé, jeudi 14 septembre dernier, afin de visiter le domaine Jean-Pierre Michel et d’aller à la rencontre de son équipe de vendangeurs. 

Pour rappel, le vignoble de Jean-Pierre MICHEL se situe à Quintaine, au cœur de l’appellation Viré-Clessé. D’une superficie de 8,5 hectares, il s’étend sur les premiers coteaux surplombant la vallée de la Saône, exposés au soleil levant à mi-chemin entre MÂCON et TOURNUS.

Jean-Pierre MICHEL travaille ses vignes dans le plus grand respect des sols (labour, désherbage mécanique et manuel). La vendange est récoltée manuellement à maturité optimale.

Les vinifications longues sont conduites sans chaptalisation (consiste à ajouter du sucre au moût pour augmenter le degré d’alcool final du vin après la fermentation alcoolique) ni levurage (opération préalable à la fermentation alcoolique d’un moût. Elle consiste à ensemencer ce dernier de levures naturellement présentes (dites indigènes) ou non sur le végétal dont il est issu, pour déclencher sa fermentation alcoolique) et selon la typicité des terroirs, en cuves ou en fûts, avec des élevages sur lies fines d’au moins 12 mois.

Ses vins riches, fins et délicats à la fois, s’épanouissent pleinement dans les 2 à 3 ans pour les Mâcon-Villages, et bien au-delà pour les Viré-Clessé.

Cette visite fut également l’occasion de découvrir la propriété et un outil de travail moderne et de qualité, d’entendre les préoccupations des viticulteurs, d’échanger sur les attentes de la profession.

Comme il s’y était engagé, très régulièrement Jérôme Durain rend visite aux Maires et aux élu-e-s locaux de chacun des cantons du département. L’occasion de prendre le pouls au cœur des territoires, d’échanger sur leurs problématiques mais également de découvrir les projets en cours.

Ce lundi 11 septembre 2017, c’est dans la salle du Conseil municipal de Chânes, que Jérôme Durain, entouré de madame le Maire, Brigitte Damredu , ainsi que d’une vingtaine d’élus locaux, a pu évoquer son activité de Sénateur, répondre aux interrogations et prendre en compte les besoins. Ceci, toujours dans l’objectif de faire vivre la démocratie au plus près des territoires et des citoyens.

Après avoir abordé l’actualité législative Jérôme Durain donna son sentiment sur les ordonnances imposées, au mépris de la représentation nationale, par le Gouvernement Macron et Philippe. Il est également revenu sur la suppression de la réserve parlementaire.

Au cours de la discussion ont été abordées des questions importantes liées à la couverture du réseau téléphonique et internet, sur différents dispositifs à destination des communes portés par la région Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que sur les politiques de transition énergétique…Sur plusieurs d’entre-elles, Jérôme Durain s’est engagé à apporter des réponses ou à interpeller les services compétents.

De nombreux élu-e-s ont par ailleurs évoqué leurs difficultés pour tenir leurs budgets communaux, ont manifesté leurs inquiétudes quant à la suppression annoncée de la taxe d’habitation et à la baisse des dotations aux collectivité et ont leurs craintes de voir de nouveaux services publics disparaître en milieu rural.

Après deux heures d’échange et en conclusion, Jérôme Durain affirma l’importance de ces moments pour l’exercice de son mandat et invita les élu-e-s présent-e-s à ne pas hésiter, à l’avenir, à le solliciter lui et son équipe parlementaire afin qu’ils soient accompagnés au mieux dans leurs projets ou pour trouver des solutions à leurs difficultés.

Une seconde réunion du même type s’est ensuite tenue à la mairie de Tramayes, en présence, là encore, d’élus locaux du canton.

Lundi 11 septembre 2017, le Sénateur Jérôme Durain a visité la société Sobemab (Société d’embouteillage Beaujolais Mâconnais Bourgogne), installée à Chânes, dans le mâconnais, accompagné notamment de Madame le Maire, Brigitte Darmedru et plusieurs élus de la commune.

La société Sobemab a été créée en 1968 par Jean-Michel Roux. Elle ne comptait initialement qu’un camion embouteillage qui se déplaçait à travers le département.

Dès 1973, grâce à une activité en forte expansion, le 1er centre d’embouteillage fut construit à Chânes, au cœur du vignoble mâconnais. En 1998, un second site a ouvert ses portes à Villeveyrac dans l’Hérault (société 3S).

Le site de Chânes s’étend sur une superficie de 8000 m2, il dispose d’une cuverie d’une capacité de 35 000 hl et compte 85 employés.

Concernant l’embouteillage fixe, l’entreprise est un prestataire de services pour négociants et producteurs. Elle gère la préparation des vins (réception, stockage et traitement), le conditionnement (mise en bouteille, mise en bag-in-box), la logistique (stockage, préparation des commandes et expédition). Sobemab fournit également ses clients en matières sèches (bouteilles, cartons, palettes ou capsules).

Côté embouteillage mobile (camion embouteillage), la société ne s’adresse qu’aux producteurs et dispose de 5 camions « atelier » qui permettent de préparer les vins et d’effectuer le conditionnement directement au domaine.

Sobemab travaille aussi bien localement que nationalement et internationalement puisque les vins qu’elle réceptionne viennent majorité du sud de la France, de la Vallée du Rhône, de Bourgogne mais également d’Italie, d’Esapgne, d’Afrique du Sud…

Une extension du site de Chânes est prévue pour fin 2018. Elle portera sa capacité en cuverie à 60 000 hl et sa superficie augmentera de 3000 m2.

Une visite intéressante d’une entreprise implantée dans le département depuis plusieurs décennies et qui démontre sa capacité à innover, à former ses salariés et à rayonner au delà de notre territoire.